Statuts

Vous trouvez sur cette page les statuts actuels de la Société des officiers du campus universitaire de Lausanne, datant de 2015, ainsi qu’une proposition de modification de ces derniers.

Depuis la 10ème Assemblée Générale qui a eu lieu le jeudi 19.10.2020, le nouveau comité s’est posé comme objectif d’éviter une situation associative critique telle que nous l’avons vécue durant les années 2018 et 2019. L’intérêt pour les questions d’ordre militaire et de sécurité sur le campus universitaire lausannois fut extrêmement bas durant cette période de temps, ce qui eut bien entendu un impact sur les activités et le fonctionnement de notre Société. Certains événements n’eurent, par exemple, pas lieu à cause du manque de participants.

C’est malheureusement les aléas de la vie associative que personne ne peut prévoir. Si la Société fut à l’époque proche de la dissolution et que les contacts avec nos différents partenaires se perdirent, la persévérance de certains membres du comité permit à une nouvelle équipe de se préparer à reprendre l’association lors de l’Assemblée Générale de l’année 2020. Ce nouveau comité, aux commandes depuis maintenant bientôt deux semestres, a pu utiliser le temps libéré par les restrictions sanitaires (les activités ne pouvaient pas avoir lieu sur le campus durant la fin de l’année 2020) pour préparer la reprise des événements, découvrir le fonctionnement et trouver le rythme adéquat des séances de travail du comité.

La question se posa de l’avenir de la Société, avec en toile de fond l’évolution des relations qu’entretient la population suisse et particulièrement le milieu universitaire lausannois avec l’Armée Suisse. La votation concernant les nouveaux avions de combat fut en outre un bon indicateur, que ce soit à l’échelle locale ou nationale, et nous nous rendîmes compte que nous n’étions pas à l’abri d’une période associative tendue, qui pourrait arriver plus vite que prévue.

Nous vous proposons aujourd’hui des nouveaux statuts, car nous pensons qu’il est temps que la Société des officiers du campus universitaire de Lausanne évolue. Nous voulons absolument éviter une situation dans laquelle certaines activités devraient être annulées en raison du manque de participants ou dans laquelle la Société serait incapable de renouveler son comité, entrainant une dissolution de l’association.

La proposition de modification des statuts suit deux axes principaux: une ouverture générale de l’association tout d’abord, puis une ouverture au sein du comité. Elle concerne les article 1 à 5, 8, 11 et 13. Nous avons également pensé à y compléter la mention des conditions de base demandées par l’UNIL et l’EPFL concernant les associations universitaires.

Au niveau du premier axe de travail, l’ouverture générale de l’association nous permet de directement toucher un plus grand nombre de personnes au sein de la communauté universitaire lausannoise. Nous voulons également considérer l’École Hôtelière de Lausanne comme un pôle possible pour nos activités dans la mesure de ce que les directives de l’UNIL et de l’EPFL nous permettent. Nous remarquons en effet qu’il s’y trouve des personnes intéressées aux buts et objectifs de la Société.

Nous voulons ouvrir l’association d’une manière officielle aux grades inférieurs à ceux des officiers, d’une part car cela rentre dans la stratégie actuelle globale de promotion de l’Armée Suisse (nous le constatons avec les indemnités de formation fournies aux sergents par exemple) et d’autre part car une partie non négligeable de nos membres sont des personnes portant des grades de la troupe ou de sous-officier.

Nous constatons en effet que certains soldats ou sergents ont rejoint la Société non pas parce qu’ils envisageaient de devenir officiers, mais parce qu’ils voulaient rejoindre une association militaire sur le campus lausannois et qu’ils ressentaient de l’intérêt pour les buts que nous nous sommes fixés. Il faut garder en tête que nous sommes la seule association représentant l’Armée Suisse en général au sein de l’Université et de l’École Polytechnique de Lausanne.

Le comité est conscient de cette position de monopole et pense qu’il faut en profiter, pas seulement pour les officiers, mais également pour les sous-officiers et les soldats. Si le dialogue relatif aux équivalences universitaires pour les officiers va reprendre, un dialogue concernant l’harmonisation des études avec le service militaire en général doit également commencer.

Au niveau du second axe de travail, l’ouverture des postes du comité permet d’éveiller l’intérêt des personnes n’ayant pas fait une école d’officiers à travailler dans l’organe de conduite de la Société, leur montrant également qu’elles y ont leur place dans le cadre de l’ouverture de l’association en général. Il est d’ailleurs déjà arrivé (et c’est le cas aujourd’hui) que des personnes se soient retrouvées à un poste au comité sans être officier. L’idée étant ici de permettre à une personne motivée, malgré son grade, de quand même prendre part activement à la vie associative.

Vous constatez que le comité doit toutefois être majoritairement composé d’officiers. Nous voulons en effet respecter la volonté des membres fondateurs, qui tiennent bien entendu à la place importante de l’officier dans la Société. Nous voulons également garder notre relation intacte avec notre faîtière, Of@UNI Schweiz et également maintenir nos relations avec la Société Vaudoise des Officiers, auprès de laquelle nous avons de nouveau une place aux séances de comité cantonal. Nous voulons continuer de proposer des activités mélangeant les officiers de nos deux sociétés.

Il n’y aura également plus de problèmes pour ce qui en est de l’obligation d’être immatriculé lors des transitions entre anciens et nouveaux comités, car nous vous proposons d’inscrire dans les statuts une condition figurant déjà dans les directives de l’EPFL et de l’UNIL concernant les associations universitaires : il s’agit en effet d’avoir la majorité du comité encore inscrite sur le campus, le reste pouvant être externe. Cela permettrait à un membre, malgré la fin de ses études sur le campus universitaire, de pouvoir assurer une transition douce et sans accrocs.

Le résultat du travail effectué sur ces deux axes principaux transforme l’association que vous avez connue jusqu’ici, d’une manière importante. Néanmoins, le comité est convaincu que la situation actuelle implique un remaniement des statuts. Celui-ci permettra à la Société de fonctionner d’une manière décente et efficace, finalement, d’une manière militaire.

Au nom du comité, je vous souhaite une bonne lecture.

Lt Marc Abetel, Président

 

Statuts actuels : Statuts Actuels (2015)

Proposition de modification des statuts : Potentiels Nouveaux Statuts (2021)